Aperçu historique de la Librije

 

La Librije est une bibliothèque publique du XVIe siècle qui n’a point d’égal. Le bâtiment et la décoration ont été conservés quasiment à l’état d’origine.librije-006

Une bonne partie de la collection des livres originaux existe encore. Les membres du chapitre de l’église Ste. Walburge (les chanoines), ne s’occupaient pas seulement du culte. Certains d’entre eux étaient également conseillers juridiques du Duc de Gueldre et du Conseil municipal. A la fin du XVe siècle, cet intérêt juridique mena à l’institution d’une librairie d’une ampleur exceptionnelle. C’est la raison pour laquelle on décida vers 1490, non seulement de construire le transept sud de l’église, mais également d’installer une librairie au-dessus de la sacristie.

Vers la moitié du XIVe siècle, les Pères de l’église Ste. Walburge, appelés Conrad Slindewater et Herman Berner, eurent l’idée de créer, près du déambulatoire, une grande
salle pour y conserver les livres. D’après les notes de Conrad Slindewater, la Librije de Zutphen fut fondée pour réprimer la Réforme qui gagnait du terrain. Il écrit que, en donnant au peuple des vrais livres, on pouvait le guérir de ses erreurs et le renforcer dans la foi chrétienne.

Après d’amples préparations, la construction de la Librije débuta en 1561. Les travaux furent achevés au but de trois ans. Les bibliothèques médiévales servirent d’exemple : les librairies de grands couvents de la ville, le couvent des Frères Mineurs et le couvent de Galilée. La Librije avait des dimensions semblables, mais sa forme fut adaptée au déambulatoire de l’église St. Walburge.

L’aménagement

 

Les images qui fi gurent sur les piliers furent créées par un certain maître appelé Wilhelm. Elles représentent les quatre évangélistes et plusieurs autres saints, comme Barbara,
Catharine, Pierre, Paul et, naturellement, Walburge. A la retombée des voûtes, il créa des fl eurs et d’autres ornements. Sur l’avantdernier pilier (vu de l’entrée), se trouve l’image du Christe représentant Salvator Mundi (Jésus, le sauveur des hommes) avec le texte: ‘Ego sum via, veritas et vita’ (Je suis le chemin, la vérité et la vie ; St. Jean 14:6).
Tous les pupitres datent du temps de la fondation. Les fl ancs des pupitres (côté fenêtre de l’allée centrale) montrent plusieurs images créées par maître Wilhelm tels que la Sainte Trinité, l’Agneau divin, une martyre etc. Sur certains vitraux on peut remarquer les armoiries d’anciens Pères de l’église: A l’extrême droite de l’entrée on voit celles de
Slindewater et Berner, les fondateurs de la Librije. Les livres furent enchaînés pour des raisons pratiques: La Librije était une bibliothèque publique. Toute personne qui voulait
y étudier pendant les heures d’ouver ture de l’église, était la bienvenue. Il va de soi que les livres ne sortaient pas de la bibliothèque.

Les livres

 

Trois cents livres environ peuvent être placés sur l’ensemble des pupitres. Le catalogue contient à peu près 750 titres. La partie essentielle de la collection se compose d’achats faits par Slindewater et Berner pendant la première moitié du XVIe siècle. Une autre partie des livres provient à la Librije par héritages. Notamment au XVe et XVIe siècle, certains savants de Zutphen léguèrent leurs livres à la Librije. Après la Réforme, les livres des anciens couvents situés à Zutphen et ses environs furent également transférés à la Librije.
A la Librije se trouvent également des manuels de l’école du chapitre, comportant de nombreuses notes des étudiants. Au XVIIe siècle, la collection est élargie avec des sujets
suivant l’intérêt de l’époque: la théologie de la Réforme et l’histoire nationale. La première moitié du XVIIIe siècle, les dons à la Librije étaient fréquents, notamment celles des anciens prédicants de l’église. La collection actuelle comprend surtout des oeuvres qui traite de la théologie et de la science juridique: des oeuvres écrites par des Pères
de l’église, des conceptions bibliques médiévales, récits sur la vie des saints, des observations juridiques, des écrivains anciens comme Virgile, Horace, Sénèque, Homère,
Hérodote et des écrivains humanistes comme Erasme. La collection comprend 5 manuscrits et 85 incunables (imprimés avant 1500). La plus grande partie de la collection originale se trouve sur les pupitres: les livres du XVe siècle et XVIe siècle, assemblés de reliures en cuir magnifi ques avec des sceaux et des ferrures. Dans la bibliothèque se
trouvent surtout des livres du XVIIe siècle, aux reliures de parchemin.

Les traces du diable

 

duivelspootDans le sol sous les pupitres, on voit les empreintes des pattes du diable. Selon l’écrivain W. Staring (de Gueldre) le moine Jaromir attrapa le diable lorsque celui-ci était en train de savourer un poulet en plein carême. Pour le punir, le diable le cloîtrait jusqu’au lendemain matin, en laissant ses traces.

Conclusion

 

Actuellement, la Librije est gérée par la Fondation Librije Walburgskerk Zutphen. En coopération avec la Bibliothèque Royale de la Haye, la fondation a entrepris la restauration considérable des livres de la Librije. Vos dons sont les bienvenus!